jeu-vidéo-premier-marche-culturel

Ces dernières années, le monde du jeu vidéo a connu un bon important et ce n’est rien de le dire. En plus des gamers qui ne cessent de se multiplier, les milliards qui débouchent de  cette activité font d’elle le premier marché culturel en France. En 2017, la simulation de football « FIFA » a été vendue en 1.34 million d’exemplaires. À qui serra le meilleur titre du plus rentable des jeux pour cette année ?

La Switch de Nintendo

La nouvelle console de Nintendo a fait fort dans son apparition en boostant jusqu’à 18 % des chiffres d’affaires l’année dernière. La Switch ainsi que d’autres blockbusters comme Call of Duty WWII, Assassin’s Creed Origins ou encore FIFA 18 ce sont vendu au-delà d’un demi-million d’exemplaires chacun. Un tel exploit a donné un coup d’enfer sur le marché en 2017. Même si ces jeux sont extrêmement rentables, leurs conceptions donnent des fils à retordre pour les producteurs. En plus de la grande imagination et de l’inspiration qu’il faut avoir durant de telles conceptions, les investissements ne sont pas non plus moindres, et c’est peu de le dire. Selon John Parker, le directeur général d’Ubisoft France, « Il faut compter entre 80 et 100 millions d’euros pour sortir un jeu premium comme ceux de la série des « Assassin’s Creed », hors budget marketing qui peut rallonger la facture de plusieurs dizaines de millions ».

Comparé à Avatar…

Même si le film Avatar de James Cameroun a su flatter le public et rapporté quelque 2.3 milliard de recettes depuis sa sortie, ce n’est rien à côté de ce que peuvent offrir les jeux vidéo. Pour « Grand Theft Auto V », depuis sa sortie en 2013, le jeu a été vendu à plus de 90 millions d’exemplaires partout dans le monde. Une telle vente a donc boosté le marché en offrant 5 milliards d’euros à Rockstar Games l’éditeur du jeu. Puisque les paries sont lancées, John Parker s’y met en affirmant que « Sur ce marché en perpétuelle évolution, grâce aux avancées technologiques, nous avons l’ambition de toucher 5 milliards de joueurs d’ici à 10 ans ». Un tel exploit va certainement raviver le marché culturel en France même si le Japonais Nintendo et les Américains Electronic Arts et Activision sont des géants qu’il ne faut pas négliger dans ce monde.

L’eSport : un monde de passionné

Une fois que la passion s’installe, il serait impossible de s’en défaire. Et c’est justement ce qui se passe avec les gamers. Pas d’âge ni de sexe, le monde du jeu vidéo touche tout le monde sans exception et sur les 53 % gamers français, jusqu’à 50 % sont de sexe féminin. Plus loin pour plus de résultats dans les chiffres d’affaires que dans l’exploit des joueurs, l’eSport prend de l’essor jusqu’à devenir une discipline internationale. Comme dans les vrais championnats de football, le PSG a ses équipes et pour plus de succès Blizzard, l’éditeur américain du jeu a lancé l’Overwatch League qui est un circuit de compétition dont les règles sont les même que pour les championnats nationaux de football, tout y est, même les clubs de supporteurs. Une telle évolution donne de plus en plus d’ampleur au jeu pour plus de passion et des bénéfices fluctuants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *