violence dans les jeux videos

Sont ils un élément déclencheur de violence pour certains ?

Après la publication le 8 mars 2018 par la Maison Blanche d’une vidéo montrant le massacre d’innocents dans le jeu Call of Duty, de nombreux préjugés populaires ressurgissent : les jeux videos seraient à l’origine de nombreuses tueries de masse dont notre époque est témoin. Or le raccourci n’est-il pas un peu rapide ? D’abord tous les jeux vidéos sont-ils violents et est-il réellement démontrable qu’ils génèrent un comportement agressif chez les joueurs ?

Alors qu’avec son exemple la Maison Blanche vise un type bien précis de jeux vidéos, les FPS First-person shooter ou jeux de tir à la première personne, la généralisation des jeux et la stigmatisation des gamers pourrait être critiquable. Il n’a d’ailleurs pas fallu attendre longtemps pour que de nombreuses réactions apparaissent sur le web. De la part des joueurs d’abord mais également des chercheurs qui, plusieurs études à l’appui, dont celle réalisée par l’Institut Max Planck pour le Développement Humain et la Clinique Universitaire d’Hambourg-Eppendorf, semblent remettre en cause cette corrélation entre agressivité et pratique des jeux vidéos. Après plusieurs tests effectués sur des joueurs de jeux dits violents tel que Grand Theft Auto V et sur des joueurs de jeux plus pacifiques de simulation de vie comme Les Sims 3, il s’est en effet avéré que le comportement des joueurs ne présentait pas de différences notables.

Jeux-vidéos et violence : Un mythe ?

Alors comment expliquer l’idée selon laquelle les jeux vidéos donneraient le goût de la violence aux individus et en particulier aux jeunes ? S’il est vrai que certains jeux vidéos donnent l’occasion aux joueurs de laisser libre cours à leur agressivité, il n’en reste pas moins que la liberté laissée aux joueurs au sein des mondes virtuels peut être interprétée comme une occasion de canaliser son agressivité, voir même dans certains cas de révéler certaines failles psychologiques. Cependant si ce n’est pas non plus le cas de tous les jeux vidéos dont certains éveillent davantage la créativité que la violence, il ne faut pas non plus confondre fiction et réalité. Et c’est notamment ce que tout bon gamer est appelé à faire. Si la violence est inévitablement présente dans le monde, peut-être ne s’agirait-il pas de chercher à en faire un irreprésentable, mais plutôt de laisser le soin à chacun en y étant virtuellement confronté dans les jeux vidéos, au cinema, dans la littérature ou dans l’art de manière générale de se forger son propre jugement. Quoi qu’il en soit comme tout support mis à la disposition du grand public, les jeux videos sont et resteront des loisirs qu’il revient à chacun de savoir manier avec un recul suffisant et une pointe de légèreté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *